Le côté sombre de l’entrepreneur

Le côté sombre de l’entrepreneur

 

« Vous êtes vraiment chanceux les entrepreneurs. Vous décidez de ce que vous faites, de quand vous le faites, vous n’avez pas de patron à contenter. En plus, vous pouvez à peu près tout mettre dans vos dépenses personnelles. Si vous manquez d’argent, la banque est toujours là pour vous en prêter ». Bref, le bonheur et la liberté d’être à son compte!

Ouch! Ça, c’est le genre de commentaire qui allume la mèche des entrepreneurs. « Eh oui, la liberté de faire tes 80 heures quand tu veux dans la semaine, de tout passer dans les dépenses quand il n’y a pas assez de revenus. La liberté de prendre la place de ton employé qui n’entre pas, de choisir parmi la montagne de tâches à faire, etc. »

Le journalier connaît peu la réalité de l’entrepreneur. Celle où le patron ne dors pas la nuit parce qu’il ne peut pas faire face à ses obligations, parce qu’il doit parler à son employé de son manque de rendement, parce qu’il doit rencontrer son directeur de comptes avec un bilan négatif, parce qu’il devra annoncer à sa conjointe que l’employé est parti, qu’il n’y aura pas de vacances en famille encore cette année, etc.

L’être humain souffre souvent du syndrome « l’herbe est toujours plus verte chez le voisin ». Les entrepreneurs sont souvent idéalisés, parfois idolâtrés, perçus comme invulnérables, plus heureux et capables de braver toutes les tempêtes. La vérité est un peu plus sombre. Plusieurs experts se sont penchés sur la question de la santé mentale des entrepreneurs. Michael A. Freeman, ancien entrepreneur et psychiatre de l’université de Californie, affirme que, selon les résultats de sa recherche, les  entrepreneurs souffraient davantage de problèmes de santé mentale que la population en générale. Selon ces recherches :

  • 49 % des entrepreneurs souffriraient d’un problème de santé mentale, contre 34 % dans la population en général.
  • Près du tiers des entrepreneurs souffrirait de deux diagnostics ou plus.
  • 72 % des entrepreneurs sont affectés directement ou indirectement (ayant un membre de la famille aux prises avec un problème de santé mentale), comparativement à 48 % dans la population en général.

Ce n’est pas seulement le stress lié à l’entreprise qui peut fragiliser la santé mentale des entrepreneurs. Ceux-ci partageraient des traits à la base qui les emmèneraient à faire le choix d’être à leur compte et qui expliqueraient en partie leur succès : l’énergie débordante, les idées créatives, la grande motivation de réussir, la force de caractère, le goût du risque, un grand désir d’indépendance. Toutefois, ces qualités poussées à l’extrême sont les mêmes caractéristiques qui peuvent les fragiliser : le manque de sommeil, trop peu d’investissements dans les autres sphères de leur vie, un manque d’hygiène de vie et trop de projets de front peuvent conduire à des états de stress extrêmes.

Les mêmes traits qui servent de carburant à l’entrepreneur peuvent donc facilement le consumer. Les principaux diagnostics de problèmes de santé mentale identifiés chez les entrepreneurs sont : le TDHA (trouble de déficit de l’attention), la dépression, le trouble bipolaire, l’anxiété et les troubles de dépendance.

Il semble donc que les entrepreneurs paient très cher le prix de leur choix, de leur « liberté ». C’est pourquoi il est important de cesser de voir les entrepreneurs comme des gens invincibles et de reconnaître leur vulnérabilité. Il est urgent que les entrepreneurs investissent dans leur santé mentale afin d’augmenter la résilience. Une société qui veut se donner une économie forte doit se doter d’un système pouvant aider ses leaders. Leurs caractéristiques demeureront ainsi des forces et profiteront à l’économie, au lieu de les entraîner à leur perte.

Par Pierrette Desrosiers, M.Ps.
Psychologue du travail, conférencière, coach d’affaires, formatrice et auteure.

Vous avez des commentaires? Écrivez-moi! pierrette@pierrettedesrosiers.com

Pour des outils de développement des compétences émotionnelles, cliquez ici pour visiter la boutique en ligne

 

Ecrire un commentaire