Psychopathes à cravate : comment expliquer leur succès et s’en prévenir

Accueil/Communication et gestion de conflits/Psychopathes à cravate : comment expliquer leur succès et s’en prévenir
  • snakes in suits

Psychopathes à cravate : comment expliquer leur succès et s’en prévenir

Psychopathes à cravate : comment expliquer leur succès

Nous avons tous entendu parler de ces scandales financiers tant au Québec qu’aux États-Unis où des gens sans scrupule ont dépouillé d’innocentes victimes, de milliers et même de millions de dollars. Qui sont ces psychopathes à cravate? Comment arrivent-ils à leurs fins? Comment s’en prévenir?

Qui sont les psychopathes à cravate?

D’abord, ces gens sont sans conscience, sans moralité, sans aucun remord, ni culpabilité, ni loyauté sauf à eux-mêmes, et ils sont incapables d’empathie. Cette définition répond au profil du psychopathe. Cette pathologie est en partie innée et en partie acquise. Bien que nous ayons associé le terme de psychopathe à des individus commettant des meurtres sordides, aujourd’hui, on parle du même profil que l’on retrouve dans le monde corporatif. On les appelle les « psychopathes corporatifs ».

« Les psychopathes corporatifs peuvent paraître extrêmement chaleureux, volontaires, patients et font leur crime sur une longue période. » -Pierrette Desrosiers, M.Ps.

Est-ce que le monde agroalimentaire est à l’abri de ces « psychopathes corporatifs » ? Si on en croit les grands experts, dont Paul Babiak et Robert D. Hare*, spécialistes du sujet, il semblerait que non. Il faudrait être naïf pour y croire et dans ce domaine la naïveté peut coûter très cher.

Est-ce que les psychopathes corporatifs sont nombreux ?

Il s’agit d’une pathologie rare : 1 % répond aux critères stricts au sein de la population en général, et 10 % serait dans une zone grise. Les spécialistes avancent que plus on monte dans la hiérarchie, plus on en retrouve. Malgré le nombre « peu élevé » de ces individus, les dommages sociaux, économiques, politiques, psychologiques et physiques qu’ils causent sont hors de proportion.

Vous comprendrez qu’il ne faut pas chercher ces psychopathes chez les producteurs de lait, de porcs ou de chèvres. En fait, ils sont là où il y a des possibilités de profits énormes et du pouvoir. Ces deux éléments les attirent comme le sang chez le vampire. On les retrouve donc principalement dans le secteur de la finance, du droit et de la politique. Toutefois, on peut penser que dans le monde agroalimentaire, les « opportunités » pourraient être intéressantes, car on y retrouve de grandes entreprises et de grands enjeux financiers ou politiques.

Comment expliquer le succès d’un psychopathe à cravate ou corporatif dans une organisation?

Pourquoi tant de gens intelligents se font-ils avoir ? D’abord, les psychopathes ont un talent pour décoder les gens, leurs valeurs, leurs forces et leurs faiblesses. En fait, ils sont experts pour déceler vos vulnérabilités, vos besoins, vos boutons sensibles. Ils sont aussi d’excellents manipulateurs. Donc, ils vous étudient, vous endorment avec leurs mensonges, vous séduisent avec leur charisme, et quand c’est le temps, ils passent à l’action et commettent leur crime corporatif. Ils ont habituellement aussi une structure très narcissique.

On peut s’imaginer qu’un psychopathe intelligent, instruit et physiquement attrayant est une bombe à retardement pour toute organisation et les gens qui l’entourent. En fait, il ira aussi loin qu’il pourra jusqu’au jour où il se fera prendre. Le cas de la plus grande fraude aux États-Unis l’illustre bien. Rien n’arrête ce type de psychopathe. Il se fiche du mal qu’il fait, sa seule motivation étant d’arriver à ses fins.

4 stratégies pour mieux se protéger et prévenir les conséquences d’un psychopathe dans son entourage

Malheureusement, il ne peut pas changer.

  • Il faut se connaître et reconnaître ses vulnérabilités. Par exemple, nos besoins de reconnaissance, de réussite, de prestige, d’être aimé, de sécurité, sont autant de besoins sur lesquels ils capitaliseront. Nos carences nous rendent vulnérables, car elles altèrent notre jugement. Ainsi, nous manquons de sens critique.
  • Il faut s’informer sur le sujet, afin de mieux le reconnaître et se protéger. Si on connaît bien les techniques des manipulateurs, on peut mieux y réagir.
  • Il faut dénoncer l’individu si on suspecte une fraude.
  • Enfin, il faut le fuir comme la peste ! On ne doit surtout pas espérer le sensibiliser, l’aider, le convertir, ni le changer.

 

*Auteurs du livre « Snakes in suits » : When psychopaths go to work (Serpents à cravate : quand les psychopathes se rendent au travail). Disponible sur Amazon.

 

À propos de l’auteure

Pierrette Desrosiers est psychologue du travail, conférencièreformatrice et coach d’affaires depuis plus de 20 ans. Elle est spécialiste des entreprises familiales.

Dans sa boutique, elle offre des outils sur pour le développement de l’intelligence émotionnelle pour les individus ou les entreprises.

Pour vous abonner à son infolettre, inscrivez vos informations.

2017-11-29T18:04:48+00:00 8 décembre 2017|Communication et gestion de conflits|0 Commentaire

Ecrire un commentaire