La culpabilité: utile ou nuisible?

La culpabilité: utile ou nuisible?

Vous avez oublié d’acquitter votre compte et payez en l’occurrence des intérêts ?

Après une bonne investigation,  vous avez acheté un tracteur usagé, en pensant économiser, et il vous coûte une fortune en réparation ? Vous êtes sorti trop rapidement du garage et êtes parti avec le coin de la porte ? Vous avez été impatient avec votre fils et lui avez dit des paroles blessantes ?

Vous vous sentez probablement coupable pour toutes ces situations ? Vous avez donc, comme la plupart des êtres humains, une réaction normale. La culpabilité est une émotion naturelle et utile dans certains cas, et dans d’autres elle nous paralyse et s’avère complètement injustifiée.

Il y a « la bonne culpabilité » et « la mauvaise culpabilité ». C’est comme pour le cholestérol, l’un est sain, l’autre malsain!

La bonne culpabilité c’est:

Quand je perds le contrôle et que par la suite je pose des gestes ou dit des paroles que je regrette, comme dans le cas du fils.  Quand je me sens coupable, parce que je suis en colère contre moi d’avoir outrepassé mes valeurs. Quand je suis contre le fait de blesser injustement quelqu’un et que je viens néanmoins de le faire. Quand je m’en veux d’avoir cédé à l’impulsion, d’avoir manqué de contrôle et, qu’en parallèle, j’ai de la peine d’avoir fait mal à mon fils que j’aime. Invariablement je le regrette, car il ne mérite pas un tel traitement.

Dans ce cas-ci, la culpabilité peut être utile car elle nous permet de se réajuster et de s’améliorer comme personne. Mais pour ce faire, la culpabilité ne doit pas demeurer mais être passagère et doit contre toute attente nous emmener à nous questionner. Suite à un évènement provoquant ce type de sentiment, voici les questions utiles à se poser:

  • Qu’est-ce qui a provoqué ma colère ?
  • Qu’est-ce que cela m’indique quant à mes besoins ou mes valeurs qui n’ont pas été respectés?
  • Quels étaient les signes avant-coureurs (les symptômes physiques, psychologiques, émotifs) me signifiant que mon thermomètre de la colère montait ?
  • Qu’aurais-je pu faire de différent ?
  • Quels seraient les bons gestes à poser, dans l’éventualité où une situation similaire se présenterait, pour ne pas perdre le contrôle ?

En somme, le fait de ne pas être en mesure de ressentir aucune forme de culpabilité lorsque l’on fait mal à d’autres (gestes ou paroles), peut être très problématique. Cela peut, en l’occurrence, révéler une personnalité très narcissique ou encore même psychopathe.

La mauvaise culpabilité c’est:

Quand elle est inutile, nuit à notre fonctionnement, à notre qualité de vie, nous coûte de l’énergie et que celle-ci ne nous rapporte rien. Par exemple : se sentir coupable d’avoir effectué un achat, lequel s’est avéré un mauvais investissement. Cette culpabilité est probablement inutile, puisqu’à la base, j’avais soigneusement vérifié les informations s’y rattachant et qu’il m’était somme toute impossible de prédire que je choisirais un modèle défectueux.

Conséquemment, quelle serait la manière de procéder pour éliminer le plus rapidement possible ce sentiment, et ce, afin de redevenir productif et plus serein ? Selon la situation, je peux me demander :

  • Est-ce que j’ai fait du mieux avec ce que je connaissais à ce moment ?
  • Est-ce que c’est si dramatique ou seulement très décevant ?
  • Est-ce que cela aurait pu être pire ?
  • Est-ce que cet évènement aura encore tant d’importance dans 20 ans ?
  • Est-ce que quelqu’un ayant habituellement un bon jugement, aurait pu prendre la même décision ?
  • Est-ce utile de m’en vouloir ?
  • En quoi cela changera-t-il la situation ?

Ces quelques questions peuvent vous aider à vous débarrasser d’une culpabilité qui ne vous est d’aucune utilité, ayant été tout bonnement malchanceux, et fait tout ce qu’une personne intelligente aurait fait.

En conclusion,  il faut impérativement accepter le fait que vous n’êtes tout simplement qu’un « être humain ». L’être humain est faillible, donc par déduction, vous avez des failles. Vous n’êtes pas parfait. Soit. Mais personne ne l’est. S’en vouloir d’être imparfait voudrait donc dire que nous sommes complètement irréalistes. Plus vite vous éliminerez la « mauvais culpabilité », plus vite vous pourrez utiliser toute votre énergie pour ce qui compte vraiment dans votre vie.

Ecrire un commentaire