Jusqu’où doit-on rêver? Les rêves sont-ils tous atteignables?

Accueil/Atteinte des objectifs gestion temps et priorités/Jusqu’où doit-on rêver? Les rêves sont-ils tous atteignables?

Jusqu’où doit-on rêver? Les rêves sont-ils tous atteignables?

 Évidemment, quand on voit des jeunes qui aspirent à être mannequin international, joueur dans la ligue nationale , on se demande dans quelle mesure nos rêves ne conduisent pas vers la déception.

Mais avant de penser à bannir tous nos rêves, il faut tenter de trouver ce que nous cherchons réellement à obtenir à travers eux. Le rêve n’est que l’indicateur de nos valeurs, de nos besoins et de nos motivations profondes parfois (et souvent) inconscientes. Tout ce que l’on désire porte en soi l’espoir du bonheur.
Dans le cas de personnes rêvant de chanter comme Céline Dion, peut-être s’agit-il du besoin de s’exprimer par le chant, d’être reconnu, aimé ou même adulé. Le chercheur qui aspire à trouver le remède contre la dystrophie musculaire a peut-être un enfant malade (besoin de guérir) ou l’espoir de gagner le prix Nobel et ainsi mériter la reconnaissance de ses pairs.

Doit-on rêver? Bien entendu. Si personne ne l’avait fait avant nous, nous habiterions encore dans des cavernes, frapperions ensemble deux roches pour cuire notre gibier et notre espérance de vie serait inférieure à 30 ans. Ce sont nos rêves qui nous motivent et nous incitent à nous dépasser, à réaliser toutes sortes d’exploits. Et indépendamment des motivations ou des besoins, la population bénéficie souvent du rêve de certains. Je suis la première à tenter de trouver ce fragile équilibre entre le rêve et la réalité pour mes clients ainsi que pour moi-même.

Dès le début de ma carrière, j’ai rêvé de pouvoir apporter ma contribution en agriculture comme psychologue. Peu après, j’ai rêvé d’aller prononcer des conférences en France. Résultat : j’ai fait une tournée nationale dans sept régions de la France en mars 2015 pour parler de ce qui me passionne chez les agriculteurs français. Pour réaliser un rêve, il faut d’abord avoir rêvé. Toutefois, entre le rêve et la réalité, il y a toute une série d’actions concrètes à poser et de défis à relever.

Lorsque nous examinons les rêves et leur faisabilité, deux questions doivent être posées : pourquoi et comment?

Pourquoi est-ce que je voudrais faire, être, acquérir, développer, etc. De fait, nous recherchons toujours un ou plusieurs bénéfices secondaires à cet objectif. À quels besoins ou à quelles valeurs ce rêve répond-il? Pour plusieurs, il est parfois très difficile d’y répondre. Voici quelques réflexions susceptibles de vous éclairer, mais également de vous aider à maintenir une part de rêve dans votre vie.

  • De quoi vos rêves sont-ils faits?
  • Que voulez-vous atteindre, obtenir?
  • Que révèlent-ils sur vous-même, vos valeurs, vos de sources de motivation?
  • Quelles en sont les retombées pour vos proches, la société?
  • Quels objectifs pouvez-vous mettre en place à court, moyen et long terme pour vivre davantage en cohérence avec vos aspirations profondes?
  • Quel prix êtes-vous prêt à payer pour voir votre rêve se concrétiser?
  • Une fois votre rêve atteint, que se passe-t-il? Comment vous sentez-vous?
  • Quel pourrait être votre pire regret : avoir réalisé votre rêve ou l’avoir abandonné?

Lorsque nos besoins ou motivations sont plus de l’ordre de s’accomplir ou d’, apporter une contribution ou pour la passion de ce que nous faisons, les retombées de nos rêves génèrent davantage de satisfaction et de bonheur. Toutefois, lorsque ceux-ci sont associés à notre eégo, comme ex : la reconnaissance sociale, le prestige, l’argent, le pourvoir, ces rêves  sont davantage des sources d’anxiété et d’insatisfaction.

Après avoir répondu au x questions du « Pourquoi », il est temps de mettre en place le « Comment ».

Un plan d’action doit comporter les objectifs suivants afin de vous aider à mieux concrétiser votre rêve ou du moins augmenter vos chances de réussite : les étapes, l’échéancier, les ressources nécessaires, les obstacles et l’évaluation de votre projet.

Toutefois, autant rêver et avoir des objectifs contribue au bonheur, autant les atteindre est beaucoup moins important. En somme, le voyage est souvent plus important que la destination.

Par Pierrette Desrosiers, M.Ps.
Psychologue du travail, conférencière, coach d’affaires, formatrice et auteure.

Vous avez des commentaires? Écrivez-moi! pierrette@pierrettedesrosiers.com

Pour des outils de développement des compétences émotionnelles, cliquez ici

Ecrire un commentaire