Gérer son incompétence et celle des autres

Gérer son incompétence et celle des autres

Comment le Principe de Peter peut s’avérer la source de mauvaises décisions

Nous prenons pour acquis que lorsque nous demandons conseil, la personne en place devrait « savoir », puisqu’elle travaille là. Mieux encore, plus cette personne est élevée dans la hiérarchie, plus elle se doit d’être compétente. Après tout, celle-ci a obtenu la promotion, non ? Et si nous faisions fausse route ? Du moins, de temps en temps.

Le principe de Peter énonce que « Tout employé tend à s’élever à son niveau d’incompétence et, avec le temps, tout poste sera occupé par un incompétent, incapable d’en assumer la responsabilité ».

Mais ce principe fort connu en management s’adapte-t-il seulement aux employés ou les entrepreneurs en sont-ils également victimes?

Les statistiques démontrent que 70% des entreprises familiales ne survivent pas jusqu’à la deuxième génération et 90% jusqu’à la troisième. Ce phénomène pourrait s’expliquer en partie, par le principe de Peter. Mais comment?

En fait, 2 raisons importantes démontrent avec pertinence, comment une entreprise pourrait théoriquement atteindre son seuil d’incompétence, un jour ou l’autre.

Le principe de Peter appliqué aux conseillers externes : Si l’on part du fait que certains « experts » ont atteint leur seuil d’incompétence et que ces mêmes « experts » ont conseillé les entrepreneurs quant à leur développement, il est facile de comprendre comment ces mêmes conseillers ont contribué à l’incompétence des entrepreneurs et les ont mené,  somme toute, à de mauvaises décisions d’affaires.

Le principe de Peter appliqué à l’entrepreneur : Le dirigeant d’entreprise, de par sa nature humaniste, sera également porté à s’élever à son niveau d’incompétence. De fait, nous souffririons « d’un biais égocentrique ». Un concept qui nous fait penser meilleur que nous le sommes, en réalité. Afin de nourrir et protéger son égo, l’être humain a généralement tendance à surévaluer ses compétences et, du même coup, à sous-estimer ses faiblesses : 100% des gens qui partent en affaires sont convaincus de réussir et 100% des gens qui se marient, sont tout aussi convaincus de réussir leur mariage.  Afin de réussir, nous avons besoin d’une dose d’assurance, mais lorsque celle-ci devient irréaliste, elle nous entraîne de façon irrémédiable à notre perte. Une juste évaluation de ces forces et faiblesses, demeure incontestablement le plus grand gage de réussite.

Mais comment se protéger du Principe de Peter et limiter les dégâts ?

Pour le principe de Peter appliqué à soi-même :

  • S’entourer d’avocats du diable, de gens qui sont capables de nous confronter, de challenger nos idées;
  • Demander régulièrement du feedback, sur nos forces et nos faiblesses;
  • Accepter la critique constructive;
  • Doser le risque de nos projets;
  • Avoir un plan B;
  • Demander aux autres : comment pourrais-je être un meilleur gestionnaire, leader, patron ou associé ?
  • Accepter que l’on ne puisse pas tout connaître et qu’on ait besoin de personnes plus expérimentées et plus fortes que nous, à l’occasion, dans d’autres domaines;
  • Lorsque l’on est convaincu de quelque chose, se demander quelle serait la conséquence si j’avais tort ? Pourrais-je vivre avec cette conséquence ?

Pour le principe de Peter des experts externes :

  • Écouter avec modération les conseils des experts (en prendre et en laisser),
  • Prendre l’avis de plus d’un expert dans un domaine, lorsque l’enjeu est important,
  • Demeurer ouvert tout en conservant son sens critique,
  • Se demander quelle serait la conséquence si l’autre expert avait tort? Pourrais-je vivre avec cette conséquence?
  • Se rappeler :
  • que ce qui s’applique pour votre voisin, ne s’applique peut-être pas pour vous,
  • qu’il y  a souvent plus d’une solution, et que les solutions parfaites ou miracles n’existent pas,
  • Fuir comme la peste, « l’expert » qui détient LA SEULE VÉRITÉ !

 

  • En conclusion, se fier uniquement à des experts externes ou, à l’opposé, se fier uniquement à soi-même, comporte inévitablement des risques. En l’occurrence, les extrêmes sont encore une fois de plus, à éviter. Si vous doutez du  Principe de Peter, vous n’avez qu’à regarder comment nos hauts dirigeants nous dirigent, comment nos politiciens prennent, semble-t-il, de « bonnes décisions », comment les hauts fonctionnaires « fonctionnent ».

Et pensez donc à jeter un petit coup d’œil à vos voisins…Vous y trouverez probablement plusieurs petits « Peter ».

Bonne réflexion !

Ecrire un commentaire