Famille en affaires, affaires de famille : Les conflits non-résolus chez le notaire

Accueil/Communication et gestion de conflits/Famille en affaires, affaires de famille : Les conflits non-résolus chez le notaire

Famille en affaires, affaires de famille : Les conflits non-résolus chez le notaire

« Vous ne pouvez pas vous imaginer ce que c’est que de travailler avec sa famille. »

Eh oui, je peux très bien l’imaginer. Depuis des années, j’ai été témoin des défis des familles en affaires. Lorsque j’étais jeune, mon frère et sa conjointe étaient voisins de la maison familiale. Étant conjointe d’un agriculteur, j’ai vécu près de 30 ans en face de chez mes beaux-parents. De plus, comme psychologue spécialisée auprès des entreprises familiales et en agriculture nul besoin de vous dire que des histoires de familles, j’en ai vu et entendu.

Comme notaire, vous devez faire face tous les jours aux enjeux familiaux : la jalousie et l’envie dans la fratrie, les vieilles chicanes qui refont surface dans le bureau, les traitements particuliers des parents pour un enfant, ou encore la belle-fille ou le gendre insupportable qui en rajoute. Les conflits non réglés qui s’accumulent risquent de refaire surface dans votre bureau. De plus, les services notariés offerts (que ce soit le testament, le contrat de mariage, la convention d’actionnaires) sont propices à faire ressortir les vieilles querelles ou insatisfaction des membres de la famille, car ce sont des décisions avec des conséquences importantes à long-terme dans l’entreprise familiale.  Les réactions et les prises de décisions de vos clients sont donc souvent teintées des histoires non réglées du passé.

 « On ne choisit pas la famille et encore moins la belle-famille, on la subit. »

Pour les gens qui ne travaillent pas avec leur famille, c’est plus facile de s’accommoder avec celle-ci. On limite facilement les chicanes lorsqu’on ne visite la famille que quelques fois par année. Les beaux-parents se montrent accueillants et les beaux-enfants agréables. Lorsque des conflits émergent, on espace ou on écourte les visites, tout simplement!

Dans le contexte d’une entreprise familiale, le quotidien est différent. Il y a mille opportunités de frictions. De plus en travaillant dans une même entreprise, on est témoin de plusieurs situations.

  • « Elle n’est pas encore partie chez la coiffeuse, ça fait 2 fois ce mois-ci! En plus, sur les heures de travail »
  • « J’entre toujours plus tôt que mon frère au bureau et en plus il quitte avant moi, c’est pas juste. »
  • « Tout le monde le voit que c’est mon frère le chouchou. »

Quand parler et quand se taire? Les limites de ce qui regarde la famille, l’entreprise ou ce qui ne regarde que l’autre sont ambigües. Toutefois, dans une relation mature et saine, les membres d’une famille peuvent se parler de leurs attentes mutuelles, de leurs préoccupations, de leurs limites et ainsi gérer ou prévenir les différends.

Malheureusement, la proximité, la fréquence des échanges et l’interdépendance professionnelle peuvent générer beaucoup de conflits. Ceux-ci peuvent s’expliquer par des différences de valeurs vis-à-vis le rapport à l’argent, l’éducation des enfants, l’équilibre travail-famille, la religion, les rôles de la femme et de l’homme, les standards de propreté, etc. Les conflits peuvent également être dû à un manque de structure, de règles de conduite ou d’ententes claires.

 

Pour toutes ces raisons les parents hésitent à faire ou refaire le testament. Les associés procrastinent quant à la rédaction de la convention d’actionnaires. Pourquoi? Parce qu’ils ont peur. Peur de se tromper, peur de déplaire, peur de réaliser qu’ils ont des préférences, peur des conflits, peur d’avoir à affronter des émotions négatives comme la honte, la culpabilité, la colère, la tristesse. Qu’arrive-t-il lorsque l’être humain à peur? Souvent il paralyse, il procrastine, il se met la tête dans le sable.

Comment pouvez-vous aider votre client? Posez-lui des questions ouvertes pour l’aider à avancer dans le processus. :

 

  1. Que voudriez voir se passer après votre décès?
  2. Qu’est-ce qui est le plus important pour vous ?
  3. Qu’est-ce qui vous inquiète le plus?
  4. Qu’est-ce qui vous fait hésiter à rédiger votre testament ?
  5. Comment puis-je vous aider?
  6. De quoi avez-vous le plus de besoin?
  7. Quelle est la première étape que l’on pourrait faire ensemble?

Souvent, votre client n’arrive pas à exprimer ses peurs et n’arrivent plus à faire le ménage dans toutes ses préoccupations. Comme notaire, il arrive que vous soyez LA personne de confiance pour aborder ces sujets délicats.

 

Pierrette Desrosiers, M. Ps.

Spécialisée en coaching d’entreprises familiales

pierrettedesrosiers.com

2018-12-06T11:49:34+00:00 6 décembre 2018|Communication et gestion de conflits|0 Commentaire

Ecrire un commentaire