Avons-nous trop de temps?

Avons-nous trop de temps?

« On a toujours bien assez de temps lorsqu’on l’emploie bien. » Johann Wolfgang Von Goethe

 

Le temps est une denrée rare, me direz-vous. Et bien à en juger par la façon dont nous le dépensons, il semble que l’on en ait trop. On pourrait dire la même chose avec l’argent ou avec notre énergie. Ce sont certes des ressources, des denrées nécessaires à l’atteinte de nos objectifs, mais seul le temps est invariable et équitable pour tous.

Au cours des dernières années, le temps passé sur les réseaux sociaux a augmenté de façon drastique. Voici quelques chiffres :

  • Les gens interagissent à travers leur téléphone mobile entre 40 et 80 fois par jour.
  • 40 % des gens socialisent davantage en ligne que face à face.

Voici une brève liste de ce que certains clients m’ont dit dans ma pratique :

  • + de 100 courriels par jour sont transmis et + de 2500 textos par mois.
  • + de 4 heures par jour passées sur les réseaux sociaux.
  • + de 2 heures à effectuer différentes recherches et lectures
  • 3 heures par jour à jouer à différents jeux (pour gérer son stress).

La gestion du temps, ou plutôt notre capacité à se gérer par rapport au temps, se résume sensiblement à notre habileté à planifier et à contrôler comment, où et avec qui nous dépensons ou investissons notre temps pour l’atteinte de nos objectifs.

Jamais nous n’avons pris autant de temps à gaspiller notre temps. Avez-vous remarqué à quel point nous sommes efficaces lorsque nous devons atteindre un objectif très précis et dans un temps limité? Le foin est déjà coupé et la pluie s’annonce plus vite que prévu. Qui penserait « surfer » sur Internet pendant une heure pour regarder des modèles de tracteurs ou voir ce qui se passe sur Facebook? Seulement un innocent, me diront la plupart d’entre vous, car le temps est précieux.

Pourquoi sommes-nous si efficaces dans certains cas? Selon la loi de Parkinson, « le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement ». Plus on dispose de temps pour réaliser un travail, plus ce travail prend du temps. Ainsi, il est nécessaire de déterminer un « budget temps » raisonnable consacré à une activité ou à une tâche donnée et de se fixer des échéanciers à ne pas dépasser, tout comme pour la période des foins ou des semences, par exemple. Pour le reste, il semble que l’on soit beaucoup plus flexible et que l’on puisse facilement tomber dans le piège : « Je vais juste prendre 10 minutes pour aller m’informer sur ce site et oups, ça fait déjà une heure ».

 

Le problème n’est pas de vouloir se divertir ou de jaser, mais de devenir inconscients de nos gestes qui nous éloignent de nos objectifs ou de nos valeurs. Pas besoin d’être « accoté » du matin au soir, mais prendre tout simplement conscience de nos dépenses de temps et de se questionner : Est-ce bien là où je veux investir mon temps? Voici quelques stratégies utiles :

  • S’arrêter à l’occasion et s’analyser.
  • Planifier et choisir consciemment.
  • S’autoréguler : « pas plus de 15 minutes sur Internet».

Aujourd’hui, nous avons trop d’informations, trop de choix, trop de possibilités. Je me demande parfois combien d’heures par jour pourrions-nous récupérer si nous n’étions pas aussi « évolués »? Que ferions-nous avec tout ce temps si Facebook et les courriels n’existaient pas? Si nous avions seulement deux canaux sur notre téléviseur?

Et vous, avez-vous trop de temps?

 

Par Pierrette Desrosiers, M.Ps.
Psychologue du travail, conférencière, coach d’affaires, formatrice et auteure.

Vous avez des commentaires? Écrivez-moi! pierrette@pierrettedesrosiers.com

Pour des outils de développement des compétences émotionnelles, cliquez ici

 

Ecrire un commentaire